Le Mag Santé

©destinationSanté
  • janvier 2019
  • décembre 2018
  • novembre 2018
  • octobre 2018
  • septembre 2018
  • août 2018
  • juillet 2018
  • juin 2018
  • mai 2018
  • avril 2018
  • mars 2018
  • février 2018
  • janvier 2018
  • décembre 2017
  • novembre 2017
  • octobre 2017
  • septembre 2017
  • août 2017
  • juillet 2017
  • juin 2017
  • mai 2017
  • avril 2017
  • mars 2017
  • février 2017
  • janvier 2017
  • décembre 2016
  • novembre 2016
  • octobre 2016
  • septembre 2016
  • août 2016
  • juillet 2016
  • juin 2016
  • mai 2016
  • avril 2016
  • mars 2016
  • février 2016
  • janvier 2016
  • décembre 2015
  • novembre 2015
  • octobre 2015
  • septembre 2015
  • août 2015
  • juillet 2015
  • juin 2015
  • mai 2015
  • avril 2015
  • mars 2015
  • février 2015
  • janvier 2015
  • décembre 2014
  • novembre 2014
  • octobre 2014
  • septembre 2014
  • août 2014
  • juillet 2014
  • juin 2014
  • mai 2014
  • avril 2014
  • mars 2014
  • février 2014
  • janvier 2014
  • décembre 2013
  • novembre 2013
  • octobre 2013
  • septembre 2013
  • août 2013
  • juillet 2013
  • juin 2013
  • mai 2013
  • avril 2013
  • mars 2013
  • janvier 2013
  • décembre 2012
  • novembre 2012
  • octobre 2012
  • septembre 2012
  • août 2012
  • juillet 2012
  • juin 2012
  • mai 2012
  • avril 2012
  • mars 2012
  • février 2012
  • janvier 2012
  • décembre 2011
  • novembre 2011
  • octobre 2011
  • septembre 2011
  • août 2011
  • juillet 2011
  • juin 2011
  • mai 2011
  • avril 2011
  • mars 2011
  • février 2011
  • janvier 2011
  • décembre 2010
  • novembre 2010
  • octobre 2010
  • septembre 2010
  • août 2010
  • juillet 2010
  • juin 2010
  • mai 2010
  • avril 2010
  • mars 2010
  • février 2010
  • janvier 2010
  • décembre 2009
  • novembre 2009
  • octobre 2009
  • septembre 2009
  • août 2009
  • juillet 2009
  • juin 2009
  • mai 2009
  • avril 2009
  • mars 2009
  • février 2009
  • janvier 2009
  • décembre 2008
  • novembre 2008
  • octobre 2008
  • septembre 2008
  • août 2008
  • juillet 2008
  • juin 2008
  • mai 2008
  • avril 2008
  • mars 2008
  • février 2008

Le

Un homme passe 50 000 heures en érection au cours de sa vie

Au cours sa vie, un homme passerait en moyenne 50 000 heures en érection. Une moyenne vertigineuse, à relativiser côté libido ! Cette réaction n’est pas forcément le signe d’une excitation. Comment alors distinguer le réflexe mécanique du signe d’un certain désir ? 

50 000 heures en érection au cours de la vie d’un homme, comment est-ce possible ? Tout simplement en considérant les différentes situations dans lesquelles le sexe d’un homme durcit en se gonflant de sang :

Dans son sommeil, l’homme a en moyenne entre 3 et 5 érections, de 15 à 40 minutes chacune, sauf en cas de trouble érectile d’origine physiologique ou d’effet iatrogène (lié à la prise de certains médicaments comme les bétabloquants). Cette réaction n’a pas besoin d’être stimulée par des rêves érotiques pour survenir. D’ailleurs, chez la femme le mécanisme est le même : le clitoris se gorge de sang 4 à 5 fois par nuit pendant les phases de sommeil paradoxal, l’instant des rêves !

Au réveil : le durcissement du sexe au petit matin provient du relâchement des organes pelviens pendant la phase paradoxale du sommeil. Signe d’une bonne santé physique et psychique, l’érection matinale est souvent plus ferme qu’une érection nocturne : pleine, la vessie provoque des contractions réflexes. Une intensité d’autant plus importante que ce mécanisme est déclenché par un pic de testostérone survenant entre 6h et 8h. Cette érection matinale n’est pas, à proprement parler, le signe d’une excitation. En tous les cas à l’origine… en effet, en se sentant vigoureux les yeux à peine ouverts, monsieur risque bien de prendre confiance en lui et de vous faire quelques avances… !

L’envie, la vraie : une envie de proximité, un regard pénétrant, une certaine tenue ou telle et telle caresse… stimule la production de dopamine par les neurones. Bien-être et satisfaction s’emparent de monsieur et déclenchent le début de l’érection, la pression sanguine augmente en conséquence. Et l’impact de cette réaction en chaîne est loin de passer inaperçue : le sang afflue alors dans les corps caverneux du pénis jusqu’à atteindre leur taille et leur rigidité maximale. En se dilatant, les artères compressent les veines censées évacuer le sang : ce liquide s’accumule et le phénomène d’engorgement est à son maximum.

Retour en haut