Le Mag Santé

©destinationSanté
  • juillet 2018
  • juin 2018
  • mai 2018
  • avril 2018
  • mars 2018
  • février 2018
  • janvier 2018
  • décembre 2017
  • novembre 2017
  • octobre 2017
  • septembre 2017
  • août 2017
  • juillet 2017
  • juin 2017
  • mai 2017
  • avril 2017
  • mars 2017
  • février 2017
  • janvier 2017
  • décembre 2016
  • novembre 2016
  • octobre 2016
  • septembre 2016
  • août 2016
  • juillet 2016
  • juin 2016
  • mai 2016
  • avril 2016
  • mars 2016
  • février 2016
  • janvier 2016
  • décembre 2015
  • novembre 2015
  • octobre 2015
  • septembre 2015
  • août 2015
  • juillet 2015
  • juin 2015
  • mai 2015
  • avril 2015
  • mars 2015
  • février 2015
  • janvier 2015
  • décembre 2014
  • novembre 2014
  • octobre 2014
  • septembre 2014
  • août 2014
  • juillet 2014
  • juin 2014
  • mai 2014
  • avril 2014
  • mars 2014
  • février 2014
  • janvier 2014
  • décembre 2013
  • novembre 2013
  • octobre 2013
  • septembre 2013
  • août 2013
  • juillet 2013
  • juin 2013
  • mai 2013
  • avril 2013
  • mars 2013
  • janvier 2013
  • décembre 2012
  • novembre 2012
  • octobre 2012
  • septembre 2012
  • août 2012
  • juillet 2012
  • juin 2012
  • mai 2012
  • avril 2012
  • mars 2012
  • février 2012
  • janvier 2012
  • décembre 2011
  • novembre 2011
  • octobre 2011
  • septembre 2011
  • août 2011
  • juillet 2011
  • juin 2011
  • mai 2011
  • avril 2011
  • mars 2011
  • février 2011
  • janvier 2011
  • décembre 2010
  • novembre 2010
  • octobre 2010
  • septembre 2010
  • août 2010
  • juillet 2010
  • juin 2010
  • mai 2010
  • avril 2010
  • mars 2010
  • février 2010
  • janvier 2010
  • décembre 2009
  • novembre 2009
  • octobre 2009
  • septembre 2009
  • août 2009
  • juillet 2009
  • juin 2009
  • mai 2009
  • avril 2009
  • mars 2009
  • février 2009
  • janvier 2009
  • décembre 2008
  • novembre 2008
  • octobre 2008
  • septembre 2008
  • août 2008
  • juillet 2008
  • juin 2008
  • mai 2008
  • avril 2008
  • mars 2008
  • février 2008

Le

 

Sexualité : la musique stimule-t-elle le désir ?

Faire l’amour tout en écoutant de la musique ? Nombreux sont les couples, d’un soir ou à plus long terme, qui se font des câlins en écoutant leurs tubes préférés. Cette pratique permet-elle d’augmenter la libido et même, le plaisir ? Le choix des morceaux n’est en tout cas pas étranger à ce phénomène.

Parmi les morceaux les plus écoutés en 2012 pendant les rapports sexuels, selon le site de contenu musical en ligne Spotify, Sexual healing de Marvin Gaye, She’s like the wind de la BO de Dirty Dancing, sans oublier Je t’aime moi non plus de Serge Gainsbourg tiennent le haut du pavé. Mais pour les plus jeunes générations, des morceaux de hip hop et de RnB prennent le relai. Alors que faut-il écouter pendant la bagatelle ?

En tout cas, ce que révèle ce sondage, c’est que la musique fait bien partie des accessoires stimulant les amours. Ce que confirme le Dr Gilbert Bou Jaoudé, sexologue à Lille. « L’impact de la musique sur notre système émotionnel est connu depuis très longtemps », indique-t-il. « Alors il était logique qu’elle ait un impact sur la libido puisque celle-ci a une composante de type émotionnel. » Plusieurs travaux ont depuis confirmé que la musique était un puissant stimulant pour éveiller le désir.

Des notes pour éveiller le désir

Une étude publiée à l’automne 2017 et menée chez 64 femmes montre ainsi que la musique rend les hommes plus attirants. En effet, « ces femmes, réparties en 2 groupes se voyaient exposées les portraits de 32 hommes », décrit Gilbert Bou Jaoudé. Le premier groupe, en musique, le second, en silence. Le résultat est sans nuance, « sur fond musical, les hommes semblent plus attirants pour les femmes interrogées ». En tout cas « pour un rapport sexuel ponctuel, car pour une éventuelle relation de longue durée, aucune différence n’a été observée entre les deux groupes », poursuit-il. La musique aurait donc un effet sur la libido, le désir sexuel immédiat.

Les femmes seraient-elles les seules concernées ? En réalité, « les études menées sur ce sujet l’ont pour l’instant été dans le but de déterminer si la musique jouait un rôle dans la sélection naturelle ». En d’autres termes, la musique stimule-t-elle le choix du partenaire chez les femmes, dans le but de procréer ? En l’occurrence, selon une étude de 2014 « les femmes en phase ovulatoire avaient une nette préférence pour les hommes qui composaient des musiques complexes versus des mélodies simples ». Et ce, uniquement pour une relation d’un soir.

La partition du plaisir ?

Autre point intéressant, la musique serait également un exhausteur de plaisir sensuel. Si si ! Selon une étude commandée par Spotify en 2012, le sexe en musique exciterait bien plus que les caresses seules. En effet, « 40% des sondés estiment qu’écouter de la musique pendant les galipettes leur ferait plus d’effet que simplement toucher leur partenaire », explique le Dr Bou Jaoudé.

« Pas si étonnant », assure le sexologue, puisque « chez certaines personnes, la musique a un effet planant, désinhibant et stimulant ». D’ailleurs, attention au faux pas musical. Si une chanson qui vous évoque un souvenir triste passe pendant que vous faites l’amour, votre libido pourrait bien être brutalement réduite à néant…

Retour en haut