Le Mag Santé
© Destination Santé

  • janvier 2018
  • décembre 2017
  • novembre 2017
  • octobre 2017
  • septembre 2017
  • août 2017
  • juillet 2017
  • juin 2017
  • mai 2017
  • avril 2017
  • mars 2017
  • février 2017
  • janvier 2017
  • décembre 2016
  • novembre 2016
  • octobre 2016
  • septembre 2016
  • août 2016
  • juillet 2016
  • juin 2016
  • mai 2016
  • avril 2016
  • mars 2016
  • février 2016
  • janvier 2016
  • décembre 2015
  • novembre 2015
  • octobre 2015
  • septembre 2015
  • août 2015
  • juillet 2015
  • juin 2015
  • mai 2015
  • avril 2015
  • mars 2015
  • février 2015
  • janvier 2015
  • décembre 2014
  • novembre 2014
  • octobre 2014
  • septembre 2014
  • août 2014
  • juillet 2014
  • juin 2014
  • mai 2014
  • avril 2014
  • mars 2014
  • février 2014
  • janvier 2014
  • décembre 2013
  • novembre 2013
  • octobre 2013
  • septembre 2013
  • août 2013
  • juillet 2013
  • juin 2013
  • mai 2013
  • avril 2013
  • mars 2013
  • janvier 2013
  • décembre 2012
  • novembre 2012
  • octobre 2012
  • septembre 2012
  • août 2012
  • juillet 2012
  • juin 2012
  • mai 2012
  • avril 2012
  • mars 2012
  • février 2012
  • janvier 2012
  • décembre 2011
  • novembre 2011
  • octobre 2011
  • septembre 2011
  • août 2011
  • juillet 2011
  • juin 2011
  • mai 2011
  • avril 2011
  • mars 2011
  • février 2011
  • janvier 2011
  • décembre 2010
  • novembre 2010
  • octobre 2010
  • septembre 2010
  • août 2010
  • juillet 2010
  • juin 2010
  • mai 2010
  • avril 2010
  • mars 2010
  • février 2010
  • janvier 2010
  • décembre 2009
  • novembre 2009
  • octobre 2009
  • septembre 2009
  • août 2009
  • juillet 2009
  • juin 2009
  • mai 2009
  • avril 2009
  • mars 2009
  • février 2009
  • janvier 2009
  • décembre 2008
  • novembre 2008
  • octobre 2008
  • septembre 2008
  • août 2008
  • juillet 2008
  • juin 2008
  • mai 2008
  • avril 2008
  • mars 2008
  • février 2008

Le

 

Levothyrox : « pas de pénurie de l’ancienne formule »

L’affaire Levothyrox suit son cours. Ce jeudi 11 janvier, 23 plaignants ont été déboutés de l’ensemble de leurs demandes par le Tribunal de Grande Instance de Toulouse. A savoir, la reconnaissance d’une pénurie de l’ancienne formule (l’Euthyrox) dans les pharmacies françaises, ainsi que l’existence du préjudice d’angoisse et d’anxiété.

En novembre et en décembre 2017, le laboratoire Merck a passé deux commandes de l’ancienne formule du Levothyrox (Euthyrox). Prise à la demande de l’ANSM et du ministère en charge de la Santé, cette décision est venue pallier temporairement la demande des victimes du Levothyrox. Toutes rapportaient des effets indésirables liés à l’arrivée sur le marché de la nouvelle formule en mars 2017.

Au total, 23 patients ont saisi le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Toulouse pour demander le ré-import de l’ancienne version, et donc la reconnaissance d’une pénurie de ce médicament sur le marché français. La question du préjudice d’angoisse et d’anxiété a aussi fait l’objet d’une requête.

160 000 boîtes d’Euthyrox en stock ?

« Le TGI de Toulouse considère qu’aucune pénurie en Euthyrox n’est à déclarer depuis les réapprovisionnements de cette molécule sur le marché », explique Florent Bensadoun, directeur juridique de Merck.

« La dernière livraison d’Euthyrox datée de décembre va suffire à alimenter les stocks jusqu’au mois de mars* », détaille Thierry Hulot, président du groupe Merck France. « Sur les 200 000 boîtes livrées lors de cette commande, il en reste à ce jour 160 000. Le produit est donc largement disponible. » Pour rappel, « ces réapprovisionnements sont effectués de façon transitoire pour une disparition totale de l’ancienne formule fin 2018 au plus tard. Mais nous prévoyons quelques autres imports cette année pour laisser le temps aux patients de trouver l’alternative thérapeutique la plus appropriée sur le long terme ».

« Aujourd’hui, 90% des patients prennent la nouvelle formule, 7% ont opté pour la formule d’un autre laboratoire. » D’autres spécialités ont en effet été mises sur le marché pour étoffer l’offre des traitements. « Et on estime à 100 000 le nombre de personnes privilégiant encore la prise de l’ancienne formule », complète Thierry Hulot. « Nous allons accompagner chacune des personnes dans le choix d’une formule qui lui convient. L’objectif est d’accompagner le patient dans sa pathologie, pas devant le tribunal. »

Pas de préjudice d’angoisse ni d’anxiété selon le TGI de Toulouse

Autre demande rejetée par la justice, l’existence d’un préjudice d’angoisse et d’anxiété déclenché, selon les victimes, par l’impact des effets indésirables de la nouvelle formule. A ce sujet, le TGI de Toulouse a confirmé « qu’aucun lien de cause à effet direct n’avait été prouvé à ce jour entre les symptômes évoqués et la nouvelle formule du Levothyrox ».

*Les prescriptions des patients sous Levothyrox sont effectuées sur une durée de 3 mois

Retour en haut