Le Mag Santé

©destinationSanté
  • août 2018
  • juillet 2018
  • juin 2018
  • mai 2018
  • avril 2018
  • mars 2018
  • février 2018
  • janvier 2018
  • décembre 2017
  • novembre 2017
  • octobre 2017
  • septembre 2017
  • août 2017
  • juillet 2017
  • juin 2017
  • mai 2017
  • avril 2017
  • mars 2017
  • février 2017
  • janvier 2017
  • décembre 2016
  • novembre 2016
  • octobre 2016
  • septembre 2016
  • août 2016
  • juillet 2016
  • juin 2016
  • mai 2016
  • avril 2016
  • mars 2016
  • février 2016
  • janvier 2016
  • décembre 2015
  • novembre 2015
  • octobre 2015
  • septembre 2015
  • août 2015
  • juillet 2015
  • juin 2015
  • mai 2015
  • avril 2015
  • mars 2015
  • février 2015
  • janvier 2015
  • décembre 2014
  • novembre 2014
  • octobre 2014
  • septembre 2014
  • août 2014
  • juillet 2014
  • juin 2014
  • mai 2014
  • avril 2014
  • mars 2014
  • février 2014
  • janvier 2014
  • décembre 2013
  • novembre 2013
  • octobre 2013
  • septembre 2013
  • août 2013
  • juillet 2013
  • juin 2013
  • mai 2013
  • avril 2013
  • mars 2013
  • janvier 2013
  • décembre 2012
  • novembre 2012
  • octobre 2012
  • septembre 2012
  • août 2012
  • juillet 2012
  • juin 2012
  • mai 2012
  • avril 2012
  • mars 2012
  • février 2012
  • janvier 2012
  • décembre 2011
  • novembre 2011
  • octobre 2011
  • septembre 2011
  • août 2011
  • juillet 2011
  • juin 2011
  • mai 2011
  • avril 2011
  • mars 2011
  • février 2011
  • janvier 2011
  • décembre 2010
  • novembre 2010
  • octobre 2010
  • septembre 2010
  • août 2010
  • juillet 2010
  • juin 2010
  • mai 2010
  • avril 2010
  • mars 2010
  • février 2010
  • janvier 2010
  • décembre 2009
  • novembre 2009
  • octobre 2009
  • septembre 2009
  • août 2009
  • juillet 2009
  • juin 2009
  • mai 2009
  • avril 2009
  • mars 2009
  • février 2009
  • janvier 2009
  • décembre 2008
  • novembre 2008
  • octobre 2008
  • septembre 2008
  • août 2008
  • juillet 2008
  • juin 2008
  • mai 2008
  • avril 2008
  • mars 2008
  • février 2008

Le

 

Les pubs télé poussent les ados vers la malbouffe

Les publicités télévisées pour les biscuits, les chips et autres sodas augmentent la consommation de cette junk food chez les adolescents. C’est le constat alarmant d’une équipe britannique basée sur une étude menée auprès d’un large panel.

Les spots télé pour les aliments sucrés, gras et salés jouent bien leur rôle. Celui d’inciter à la consommation. Ainsi, plus un adolescent regarde de publicités, plus il mange mal. Et plus son risque de souffrir de surpoids et d’obésité est grand. Pour faire ce constat, une équipe britannique du Cancer Research UK a interrogé 3 348 jeunes âgés de 11 à 19 ans sur leurs habitudes télévisuelles et alimentaires.

Le résultat est frappant. « Les ados qui déclarent regarder régulièrement des émissions de télévision entrecoupées de spots publicitaires se sont révélés deux fois plus consommateurs de sodas comparés à ceux visionnant des programmes sans pub », indiquent les auteurs. Ils sont en outre « 65% plus à même de consommer des plats préparés ».

Il s’agit d’une preuve solide que « la réclame pour la junk food peut augmenter la consommation des ados », assure le Dr Jyotsna Vohra, auteur de ce travail. Cela suggère clairement « une association forte entre la publicité et les habitudes alimentaires ». 

Réglementer enfin le marketing pour les enfants 

Ce phénomène n’est pas étranger à l’épidémie d’obésité dans le monde. La consommation de produits gras et/ou riches en sucre accroit nettement le risque de souffrir de surpoids. En outre, le surpoids comme l’obésité sont liés à la survenue de divers cancers et de maladies cardiovasculaires.

Au Royaume Uni, comme en France, aucune réglementation ne restreint la diffusion de ces publicités dans les programmes télévisés. Pourtant, « les autorités concernées devraient interdire ces diffusions dans les programmes populaires auprès du jeune public, comme les matchs de foot», estiment les auteurs. « L’industrie agroalimentaires continuera à inciter à la consommation de ces produits chez les adolescents tant que cela leur sera permis », concluent-ils.

Retour en haut