Le Mag Santé
© Destination Santé

  • septembre 2017
  • août 2017
  • juillet 2017
  • juin 2017
  • mai 2017
  • avril 2017
  • mars 2017
  • février 2017
  • janvier 2017
  • décembre 2016
  • novembre 2016
  • octobre 2016
  • septembre 2016
  • août 2016
  • juillet 2016
  • juin 2016
  • mai 2016
  • avril 2016
  • mars 2016
  • février 2016
  • janvier 2016
  • décembre 2015
  • novembre 2015
  • octobre 2015
  • septembre 2015
  • août 2015
  • juillet 2015
  • juin 2015
  • mai 2015
  • avril 2015
  • mars 2015
  • février 2015
  • janvier 2015
  • décembre 2014
  • novembre 2014
  • octobre 2014
  • septembre 2014
  • août 2014
  • juillet 2014
  • juin 2014
  • mai 2014
  • avril 2014
  • mars 2014
  • février 2014
  • janvier 2014
  • décembre 2013
  • novembre 2013
  • octobre 2013
  • septembre 2013
  • août 2013
  • juillet 2013
  • juin 2013
  • mai 2013
  • avril 2013
  • mars 2013
  • janvier 2013
  • décembre 2012
  • novembre 2012
  • octobre 2012
  • septembre 2012
  • août 2012
  • juillet 2012
  • juin 2012
  • mai 2012
  • avril 2012
  • mars 2012
  • février 2012
  • janvier 2012
  • décembre 2011
  • novembre 2011
  • octobre 2011
  • septembre 2011
  • août 2011
  • juillet 2011
  • juin 2011
  • mai 2011
  • avril 2011
  • mars 2011
  • février 2011
  • janvier 2011
  • décembre 2010
  • novembre 2010
  • octobre 2010
  • septembre 2010
  • août 2010
  • juillet 2010
  • juin 2010
  • mai 2010
  • avril 2010
  • mars 2010
  • février 2010
  • janvier 2010
  • décembre 2009
  • novembre 2009
  • octobre 2009
  • septembre 2009
  • août 2009
  • juillet 2009
  • juin 2009
  • mai 2009
  • avril 2009
  • mars 2009
  • février 2009
  • janvier 2009
  • décembre 2008
  • novembre 2008
  • octobre 2008
  • septembre 2008
  • août 2008
  • juillet 2008
  • juin 2008
  • mai 2008
  • avril 2008
  • mars 2008
  • février 2008

Le

 

Allaitement : comment soulager et éviter les engorgements ?

Survenant 3 à 4 jours après l’accouchement, la montée de lait se traduit souvent par des seins gonflés et douloureux. S’il est généralement passager et sans gravité, ce phénomène naturel peut gâcher le plaisir de donner le sein. Les bons réflexes pour le faire passer au plus vite.

Difficile de dire combien de jeunes mamans allaitantes sont concernées par l’engorgement, les chiffres varient entre 20 et 85%. Dans la majorité des cas, cette congestion physiologique des seins liée à l’augmentation de la production de lait est source d’un grand inconfort, voire de douleurs lancinantes. Mais il arrive que la peau de l’aréole (zone pigmentée autour du mamelon) soit si dure et tendue que le bébé a alors du mal à la saisir dans sa bouche. Dans de rares cas, si l’engorgement n’est pas solutionné, il peut même évoluer vers une infection du sein (lymphangite). Il est donc essentiel de ne pas laisser les choses s’aggraver.

Pour soulager la tension mammaire, l’application de chaleur via des cataplasmes ou des douches a longtemps été recommandée. Mais cette méthode, même si elle facilite le réflexe d’éjection du lait, est aujourd’hui remise en cause car elle ne réduit pas l’engorgement, voire l’aggrave chez certaines. On lui préfère l’application de froid entre les tétées. Des cataplasmes de feuilles de choux changées toutes les 2 heures semblent eux aussi avoir un impact favorable. Exprimer un peu de lait avant chaque tétée en massant l’aréole apporte aussi un réel soulagement.

Des tétées régulières et efficaces limitent le phénomène

Le risque d’engorgement important culmine entre les 3èmes et 6èmes jours après l’accouchement. Mais il dure parfois plus de 10 jours et il peut récidiver. Pour le limiter, il faut s’assurer que bébé tète efficacement, en étant bien positionné et en prenant correctement le sein dans sa bouche. Mieux vaut aussi lui faire prendre alternativement les deux seins à chaque tétée, en lui laissant « finir » le premier sein avant de lui proposer l’autre, c’est-à-dire attendre qu’il lâche le sein de lui-même. Enfin, une mise au sein régulière est indispensable. Même si la fréquence varie d’une maman et d’un bébé à l’autre, six tétées par jour semblent être un minimum.

A noter : Si ces mesures ne suffisent pas, si vous avez des questions, vous pouvez demander conseil à votre médecin ou vous rapprocher de l’Association Française des Consultants en Lactation ou de réseaux de mamans bénévoles tels que la Leche League France.

Retour en haut